Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2013

LUNDI 27 MAI : Journée de la Résistance en Mairie

C'est le lundi 27 mai (et non le dimanche 26 mai) que l'UNC 10E organise une cérémonie en mémoire de la Résistance.

C'est à 11 heures dans le hall de la Mairie du 10e.

06/05/2013

MERCREDI 8 MAI...

Commémorons en Mairie

à 11 hrs

la fin de la Guerre 1939/45 et la victoire sur le nazisme...

24/04/2013

réunion importante d'AGIR POUR LE 10E

logoAgir.JPGVous êtes invités à une importante réunion d'AGIR POUR LE 10E

le jeudi 23 mai à 18H.

A l'ordre du jour :

- les Municipales de l'année prochaine

- la situation politique dans la circonscription

 

22/04/2013

Dimanche 28 avril à 11h

deportation-juive-3.jpgParce que ces infamies pourront toujours se reproduire tant que des hommes penseront que d'autres hommes ne leur sont pas leurs égaux, tant que la différence ou la supposée différence constitueront des alibis pour persécuter l'autre et lui dénier les mêmes droits que pour soi, nous devons nous souvenir...

Parce que de nos jours, en France et ailleurs des êtres humains sont persécutés parce qu'ils ne pensent pas comme vous ou parce qu'ils n'ont pas les mêmes orientations que vous, nous devons nous souvenir...

C'est pourquoi dimanche 28 avril, nous commémorerons tous ensemble la Journée du souvenir de la déportation à 11 heures à la Mairie du 10e, avec l'Union Nationale des Combattants.

19/04/2013

L'UMP PART EN VRILLE !

L’UMP FAIT N’IMPORTE QUOI…

Au secours Nicolas, l’UMP est devenu un parti qui part en vrille : le comportement scandaleux et irresponsable de la majorité des dirigeants de l’UMP et des députés de ce parti est une bien mauvaise chose pour la démocratie et pour l’avenir de la droite en France.

Ce qui a été dit de pire récemment l'a été par le député du Rhône Philippe Cochet, hier matin, dans l'hémicycle, pendant l'examen en deuxième lecture du texte sur le mariage pour tous : « vous êtes en train d'assassiner des enfants !". On a vu aussi, le « centriste » Raffarin affirmer : "On voit bien, pour parler à la de Gaulle, qu'il y a une menace de chienlit dans le pays." Ou encore Christine Boutin, qui appelle à la "guerre civile" et qui jure que "ça va péter", ou bien Henri Guaino, le député UMP des Yvelines, qui fulmine : "Le président de la République ne veut rien entendre, rien voir ; il est temps de lui faire entendre et voir."

En dépit des avertissements répétés de la part de multiples associations et mouvements LGBT, on assiste à une escalade dans la violence verbale aboutissant d'abord à une recrudescence des actes homophobes pour en arriver à une violence gratuite! Tous ceux qui ont appelé à manifester, alors que jamais dans notre histoire quiconque n'était descendu dans la rue pour dénier à une partie de la population l'obtention de droits, sont coupables de cette situation de chaos et de violence homophobe sans précédent.

Les auteurs de ces violences devront rendre des comptes devant la justice aux circonstances aggravantes d'homophobie et les responsables politiques qui les auront encouragées sont de fait discrédités moralement et seront punis dans les urnes.

Non, la France n'est pas ce pays d'intolérance qui stigmatise une partie de ses citoyens !

Non, nous ne nous laisserons pas rattraper par les sombres heures où des statuts particuliers et restrictifs étaient attribués à certains Français !

Oui, nous voulons offrir un autre avenir à nos enfants et un autre spectacle au monde !

Nous exigeons des responsables politiques irresponsables et des organisateurs de ces manifestations incontrôlables des excuses publiques et immédiates ainsi que la fin de toutes manifestations aussi longtemps que le débat parlementaire se tiendra. Force doit rester à la démocratie et à nos parlementaires légitimement élus qui s'expriment selon nos règles républicaines!

Récemment des militants de l’UMP de la circonscription m’ont demandé de reprendre du service. Il n’en est évidemment pas question. Une prochaine réunion d’AGIR POUR LE 10E va clarifier les positions des uns et des autres et déterminer une orientation majoritaire pour les prochaines échéances.

10/04/2013

les Municipales à Paris

Les candidats de l'UMP aux prochaines Municipales à Paris sont désormais connus. Parmi ceux-ci une seule candidate n'est pas parisienne, c'est Nathalie Kosciusko-Morizet. Et celle-ci, comme le rappelle justement Rémi Féraud, le Maire du 10e, s'est illustrée en lançant sa campagne avec le parrainage de François Lebel, le tristement célébre homophobe qui avait expliqué que le mariage pour tous ouvrait la voie à l'inceste et à la polygamie...

De son côté Serge Féderbusch, redevenu depuis quelques temps élu UMP, qu'AGIR POUR LE 10E avait cru devoir soutenir en son temps pour les Législatives dans le 10e organise une réunion sur les salles de shoot à Paris prochainement dans une salle de l'arrondissement avec l'aide de Cyprien Laurelli. ce dernier affirme toutefois qu'il ne l'a fait que parce que M. Féderbusch est le seul élu de la droite de la circonscription mais qu'il ne s'agit pas d'un soutien à l'intéressé.

AGIR POUR LE 10E exprimera un choix entre les différents candidats lorsque tous les partis auront présenté leurs listes dans la circonscription municipale. En attendant, aucun candidat ne peut se prévaloir du soutien d'AGIR POUR LE 10E...

08/04/2013

Entretien avec D. Bertinotti

Gaylib Bertinotti.JPGDimanche 7 avril, une rencontre très instructive entre la Ministre D. Bertinotti, la présidente de Gaylib et le Président d'AGIR POUR LE 10E à l'occasion du 14e Salon des associations à Paris. Dans la nuit qui a précédé l'ouverture de ce salon, des nervis se réclamant de la Manifestation pour Tous ont souillé le bâtiment. Par ailleurs, un homme s'est fait agresser par des homophobes dans la nuit qui a suivi. La candidate socialiste à la Mairie de Paris a condamné fermement ces agissements des "amis" de JF Copé. On attend toujours la condamnation de la part de Nathalie Kosciusko-Morizet. Le PS s'est ému. L'UMP est restée silencieuse... Il est vrai que ce parti n'avait pas plus réagi dans d'autres circonstances et même lorsque  ses propres militants s'étaient fait agresser en soutenant Nicolas Sarkozy dans la 5e circonscription...

une invitation pour le 17 avril...

Le prochain Mercredi de l’UDI-Paris aura lieu le 17 avril à 19h30 Au 1 place de Valois, Paris 1er Salle de conférence au 1er étage

En présence de André Santini Ancien Ministre Député-Maire d’Issy-les-Moulineaux Président de la Société du Grand Paris (SGP) Edith Gallois Conseillère de Paris Conseillère régionale d’Ile-de-France Administratrice du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) Jean-Michel Genestier Directeur de l’offre intermodale, SNCF Geodis

sur le thème La mobilité en ville : Supermétro, auto, vélo... comment concilier l'inconciliable?

Nombre de places limité, inscription obligatoire auprès de : evenements@udi-75.fr

30/03/2013

L'info-lettre de Philippe Dominati

Des primaires, pourquoi pas ?

A condition d’envoyer un nouveau message !

L’UMP a décidé d’organiser des primaires à Paris pour désigner la personnalité qui mènera les listes afin de conquérir la Mairie de Paris, alors que la principale formation de l’opposition ne s’est toujours pas remise de l’élection du 18 novembre dernier et que les deux camps ont investi avec gourmandise l’appareil du parti, désormais doté d’un organigramme plus impressionnant que celui du parti communiste de l’ex-URSS. Nous voulons oublier ce regrettable épisode et l’on choisit la capitale pour expérimenter une voie en espérant qu’elle sera exemplaire. Bel hommage.

Paris, terre d’accueil

Pourtant, tout se passe comme s’il y avait une complicité entre François FILLON et Jean-François COPE sur le choix de la candidate pour assurer la reconquête de Paris. Depuis, longtemps dans l’appareil national, on est persuadé que les Parisiens sont sensibles à de fortes personnalités et qu’ils n’apprécieraient pas leurs élus locaux. Ainsi, après avoir propulsé Philippe SéGUIN, et provoquée la victoire-surprise de Bertrand DELANOE, nous avons eu le plaisir d’accueillir des personnalités aussi diverses que Arno KLARSFELD, Madame Christine LAGARDE, Jean-Marie CAVADA, Chantal JOUANNO, Marielle GALLO afin de nous aider à convaincre nos électeurs du sérieux de nos engagements et de la sincérité de notre attachement à PARIS.

Paris sous tutelle

PARIS fut pendant longtemps sous la tutelle de l’Etat et il a fallu attendre le Président GISCARD D’ESTAING pour qu’il y ait enfin un maire élu. Dans l’histoire de France, la province s’est toujours méfiée de Paris et à l’UMP, on considère toujours que le national doit décider de ce qui est bon pour les Parisiens. De TOUL à TOULON, les avis pleuvent, les certitudes s’expriment. Pourtant les exemples ne manquent pas où les Parisiens prennent systématiquement le contrepied de ce qui se décide dans les hautes sphères. En ce sens là, ils sont semblables à tous les habitants de la province qui pensent connaitre leur ville mieux que quiconque. Mais enfin, puisque les dirigeants nationaux sont d’accord autant y aller ! Ils ont choisi une candidate de talent, possible rivale, qui jusqu’à ce jour sillonnait la France entière pour promouvoir ses idées notamment dans sa défense de l’environnement. Ils ont convaincu quelques ténors parisiens qu’ils étaient trop vieux pour postuler, et que les autres étaient trop inexpérimentés. Pour légitimer ce choix, il fallait une procédure, les primaires.

Du bon usage des primaires

Mais à quoi servent ces primaires si le choix est fait ? La bataille de Paris est une affaire sérieuse. Elle mérite que nous consacrions toute notre énergie à reprendre cette ville si mal gérée depuis douze ans par les socialistes et leurs alliés. Leur bilan est affligeant et ils se sentent si peu sûrs de leur fait qu’ils viennent de modifier le mode scrutin en transférant trois postes de conseillers de Paris des arrondissements de droite aux arrondissements de gauche. Pourtant, en mars 2014, la victoire est possible. Elle est possible avec le rejet grandissant du gouvernement socialiste. Elle ne se joue pas sur l’ensemble de la ville, mais dans trois arrondissements qui seront décisifs pour obtenir une majorité au conseil de Paris. L’Ouest de la capitale restera acquis à la droite, et l’Est sera difficile à reprendre sauf quelques sièges à la proportionnelle qui peuvent être déterminants. C’est dans ces arrondissements que tout se joue, c’est dans ces arrondissements où le travail de terrain est capital qu’il nous faut convaincre. Il nous faudra ausculter le résultat de la primaire dans ces arrondissements pour voir si la candidature proposée par l’UMP peut être pertinente ou va faire illusion.

Les primaires c’est l’occasion, pour les Parisiens qui partagent les valeurs de la droite et du centre, d’exprimer un sentiment à l’égard de notre formation politique. Je considère qu’il est temps de signifier que l’urgence est de rénover notre projet et de hiérarchiser nos priorités, faute de quoi nous perdrons définitivement le contact avec nos électeurs. Le rythme des réformes imposé par le Président Nicolas SARKOZY a disparu. Depuis, l’UMP est une formation qui hésite entre les idées généreuses de l’interventionnisme public au nom de la défense du pacte social, l’affirmation de la défense des valeurs de la droite traditionnelle et les réformes indispensables pour promouvoir le progrès et retrouver la prospérité.

L’UMP a-t-elle le courage de réformer le pays ?

Nous sommes une formation politique qui continue à proposer vaguement une maitrise de la dépense publique, tout en ne voulant pas réduire le périmètre et le rôle de l’Etat, et en continuant à justifier des impôts nouveaux. Nous sommes une formation politique qui n’a pu empêcher la France d’être championne du monde des prélèvements obligatoires, d’être le pays où la part de la population active dans la fonction publique est la plus importante d’Europe, et de dépenser 10% de notre PIB de plus que nos voisins allemands et anglais dans l’appareil de l’Etat. Nous sommes paralysés, car nous pensons que reconnaître cette situation nous ferait admettre des erreurs. Je me sens solidaire de ce qui a été fait, puisqu’il s’agissait d’une crise exceptionnelle, mais nous devons démontrer, que notre retour au pouvoir ne peut se concevoir que si nous allons au bout de nos engagements.

Une orientation libérale

Tous les jours, je rencontre des Français, surtout des jeunes, qui préconisent des solutions économiques de nature libérale. Mais à l’UMP ce mot est honni. On le masque chastement au nom de la solidarité nécessaire qu’attendent soi-disant nos compatriotes de la puissance publique. C’est d’ailleurs dans les quartiers les moins menacés par la gauche que ce discours de convenance est le plus répandu et à PARIS, on vous explique qu’il vous faut un candidat qui masque ces valeurs par sa personnalité pour pouvoir gagner.

Vous l’avez compris, j’en ai assez.

Pour l’instant, je ne discerne pas parmi les candidats qui se présentent, celui qui s’oppose résolument à l’augmentation des impôts. Tous sont favorables au maintien de la taxe spéciale d’équipement pour financer des transports collectifs. Je préfère, comme dans toutes les métropoles du monde et bien des villes de province, que l’on ouvre le marché du transport au privé. Qui s’inquiète du déclin économique de la capitale ? Qui s’engage à réduire les impôts ? Qui s’oppose à la progression annoncée des amendes de police de 15 à 37 euros pour financer un projet basé sur le surendettement ? Bref, comme vous, je suis favorable à l’écologie, mais souhaite un candidat qui remette l’économie au cœur de notre projet politique et non pas l’écologie avant l’économie.

L’économie est le cœur du problème, à Paris aussi.

Ces primaires, c’est l’occasion de signifier dans notre formation politique, que la dénonciation des aberrations économiques du pouvoir socialiste ne suffit pas à établir la trame d’un projet basé sur le renouveau et le progrès. Je souhaite que nous ne soyons pas le seul parti d’opposition d’Europe à prôner à la fois une baisse de la fiscalité et d’autre part une augmentation de la TVA de plus 3%, soit 13 milliards d’euros au nom d’une soi-disant compétitivité. Je suis chef d’entreprise, je connais trop la faculté des dirigeants politiques à augmenter inlassablement les impôts en nous expliquant qu’on va y gagner, car on va réduire les charges plus tard. Et bien, faisons l’inverse. Le Président SARKOZY, dans la crise, a stabilisé la dépense publique. Maintenant engageons nous à la réduire.

Devenir le parti des Parisiens

A Paris, les questions de logement, d’emploi, de construction, de flux de circulation, sont évidemment liés aux questions économiques. Celles de l’eau, de la propreté, de la petite enfance, de la jeunesse, du sport de l’université sont aussi liées à la fiscalité parisienne et au dynamisme dans les quartiers. Paris est la capitale du pays. Mais elle n’est pas que la capitale. C’est aussi la ville aux quatre vingt quartiers, c’est ce maillage subtil, cette vie locale, qui en fait l’originalité, la vivacité, le dynamisme. Si l’UMP veut gagner Paris, il faut qu’elle soit le parti des parisiens avant d’être une ambition partisane.

Pour 3 euros, sans défiler, vous pouvez réclamer un virage réformateur et libéral, libérer l’UMP. Pour 3 euros, vous pouvez réclamer la fin des affrontements ou arrangements qui divisent la droite parisienne entre copéistes et fillonistes pour mettre l’accent sur un projet.

L’on nous demande de réussir les primaires. Je suis d’accord. Profitons-en pour affirmer clairement notre désir de rénover l’UMP. Que ceux qui n’ont plus d’idées pour Paris s’effacent, c’est normal. Mais que ceux qui défendent des idées libérales, rénovatrices, courageuses, ancrées dans l’expérience de terrain dans leurs quartiers et dans leur vie quotidienne s’expriment. Je ne dis pas autre chose au Parlement que dans ma ville. C’est pourquoi je me suis si souvent trouvé seul à m’opposer aux taxes et hausses d’impôts ces dernières années au Parlement. Je ne pense pas l’être parmi les électeurs parisiens de l’UMP.

Pour ceux qui partagent mon désir d’agir sur le projet, notamment dans les orientations économiques, de manifester leur mécontentement sur la paralysie de l’UMP et ne veulent pas pour autant affaiblir leur camp, je leur propose de profiter des primaires pour le signifier clairement.

Si comme je l’espère, vous êtes nombreux à me répondre, nous envisagerons ensemble l’avenir de PARIS et de l’UMP avec un réel espoir.

Pour me soutenir, cliquez ici.

Je réclame trois engagements pour l’UMP :

1) Beaucoup moins de dépenses, moins de prélèvements, c’est la source de la croissance.

2) Moins d’Etat, moins de normes, c’est une plus grande liberté pour les entrepreneurs et c’est la clé de l’emploi.

3) Pour PARIS, un engagement irrévocable pour émanciper la ville des tutelles qu’on veut lui imposer.

 
 

Votre réponse

image
 
 

Mode d’emploi des primaires

Cette élection primaire est ouverte à toutes les électrices et les électeurs inscrits sur les listes électorales parisiennes au 31 décembre 2012 et qui se seront volontairement inscrits pour participer à cette élection primaire, moyennant une contribution de 3 euros ou plus.

La période d’inscription se déroulera du 22 avril à 8h au 28 mai 2013 à 19h.

Toute personne peut être candidate, dès lors qu’elle obtient le parrainage, anonyme, de 10 élus parisiens parmi les Conseillers de Paris, conseillers d’arrondissement, Parlementaires et membres du Parlement européen, Conseillers régionaux, répartis dans 3 arrondissements et de 300 électeurs répartis dans 5 arrondissements et inscrits sur les listes électorales parisiennes a la date du 31 décembre 2012.

Le dépôt des candidatures sera clos le mardi 9 avril 2013 à midi.

Un Conseil Supérieur des Primaires (CSP), présidé par Antoine Rufenacht, est charge d’enregistrer les candidatures, de contrôler la régularité du scrutin, d’arrêter et de proclamer les résultats et de trancher les éventuels contentieux électoraux. Les candidats seront représentés au sein de ce Conseil.

Pendant la durée de la campagne officielle, qui se terminera le 30 mai 2013 à minuit, les candidats pourront adresser 3 courriels dont une profession de foi par l’intermédiaire du CSP aux électeurs pré-inscrits et a partir de la clôture des candidatures, 3 courriels aux adhérents de l’UMP.

Le mode de scrutin est le scrutin uninominal majoritaire a deux tours. Dans ce cadre, est élu au premier tour le candidat arrive en tête avec au moins 50% des suffrages exprimés. A défaut, les deux candidats arrivés en tête a l’issue du premier tour sont admis a concourir au second tour.

Le premier tour de l’élection aura lieu entre le vendredi 31 mai à 8h et le lundi 3 juin à 19h. Dans l’hypothèse d’un second tour, celui-ci aura lieu entre le vendredi 7 juin à 9h et le lundi 10 juin à 19h.

 

 
 
 
 

Résultats du sondage

Êtes-vous favorable au retour du service militaire ?
66,18% pour le oui

Considérez-vous comme essentiel de conserver la dissuasion nucléaire ?
97,60% pour le oui

Pensez-vous que la France doit faire un effort financier pour son armée afin de renforcer sa politique internationale et conserver son rang mondial ?
95,17% pour le oui

 

 

Conseil de Défense

Aucune décision n’a filtré du Conseil de Défense qui s’est réuni le 22 mars dernier concernant le budget de la Défense. Une prochaine réunion devrait avoir lieu dès la semaine prochaine. D’ores et déjà, notre combat au Sénat n’a pas été vain car le Président de la République a annoncé qu’il gelait le budget pour 2014.