Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2020

Deux réunions LES REPUBLICAINS cette semaine dans le 10e

- MERCREDI 5 FEVRIER à 20h au café de la Banque, 237 rue du Faubourg Saint-Martin sur le thème : riverains et commerçants Louis Blanc/Stalingrad.

- VENDREDI 7 FEVRIER à 19h au Magenta, 152 bd de Magenta sur le thème : la salle de consommation à moindre risque. En présence de Rachida DATI.

30/01/2020

Il faut vite arrêter le massacre de Paris par Anne Hidalgo !

On apprend que la Maire de Paris veut supprimer la moitié des places de stationnement à Paris !

Il faut vite mettre un terme à toutes ces extravagances de la majorité municipale actuelle et élire une majorité raisonnable et cohérente. Pour cela, soutenons les listes des Républicains dans les arrondissements avec Rachida DATI!

19/01/2020

Ceux qui rejoignent Benjamin Grivaux...

Encore une fois M. Philippe GOUJON joue contre son camp. On l'a déjà vécu dans le 10e, du temps de l'UMP. On ne peut hésiter entre Rachida DATI et Benjamin GRIVAUX si on se dit membre du parti LES REPUBLICAINS !

Ceux qui croient malin de quitter leur parti pour rejoindre EN MARCHE vont sans doute le regretter le 15 mars 2020!

A cet égard, nous regrettons la décision de la maire du 9e, Delphine BURKLI, notre amie par ailleurs...

Avec AGIR POUR LE 10E, soutenons Rachida DATI et ses équipes!

09/01/2020

Les voeux de la Maire du 10e

2019_11_Carte de voeux - 2020 - M10 .jpg

02/12/2019

Rachida DATI en 2e position selon le dernier sondage !

Avec 16 % des voix, il n'y a plus que 6 points d'écart entre Rachida DATI et la Maire actuelle de Paris, Anne HIDALGO.

Rachida DATI se retrouve 2e ex-aequo avec Cédric GRIVAUX.

28/11/2019

Vite une nouvelle majorité à Paris!

Voici ce qu'ils ont osé écrire :

Les prochains rendez-vous de concertation pour le réaménagement de la place du Colonel Fabien se tiendront :

- le mercredi 20 novembre à 20h pour une marche de nuit (rendez-vous devant le Generator)

L’objectif est d’approfondir des thématiques abordées précédemment dans un contexte plus « nocturne ». Quelles ambiances, quelles activités, quels usages le soir et la nuit place du Colonel Fabien ? Votre expérience, votre diagnostic et vos propositions nourriront les réflexions d’aménagement pour la future place.

- le samedi 30 novembre à 10h00 pour une marche de jour (rendez-vous devant le Generator) pour ceux d’entre vous qui n’ont pu participer à la marche du 3 octobre (même format que le 3/10)

L’objectif est d’identifier collectivement les limites et opportunités de la place aujourd’hui pour définir les orientations d’aménagement pour la future place.

Lors de ces marches exploratoires, vous pourrez partager vos constats et orientation à l’oral et à l’écrit sur un livret participant qui sera traité par les équipes en charge de la concertation.

On croit rêver...

Qu'on laisse cette place tranquille, le jour et la nuit !!!

23/11/2019

A l'inauguration du PC de campagne de Rachida DATI

Ce samedi 23 novembre, nous avons inauguré le PC de campagne de Rachida DATI, Maire du 7e et candidate à la Mairie de Paris, avec une délégation du 10e arrondissement composée par moitié d'anciens de l'UMP et en présence d'Agnès EVEN, présidente de la fédération de Paris des Républicains, de la Maire du 8e, de Claude GOASGEN et d' 'autres élus de Paris...

Rachida DATI (2).JPG

26/09/2019

Les Municipales à Paris...

Des sondages donnent la victoire aux listes qui seront conduites par Mme HIDALGO à Paris en mars 2020 :

  • Communistes + socialistes+ radicaux de gauche : 24 %
  • La République en Marche avec M. Griveaux : 17 %
  • M. Villani : 15 %
  • Les Républicains : 14 %
  • Europe- Ecologie-Les Verts : 13 %
  • AGIR : 5 %
  • Aimer-Paris de M. Federbusch + Rassemblement national : 4 %
  • Autres : 8 %

La gauche et les écologistes font donc 37 %. Les macronistes 32 %. Les autres 31 %.

Mais il ne faut pas oublier qu’ à Paris, chaque arrondissement constitue un "secteur électoral". Il y a donc en réalité non pas une, mais vingt élections différentes dans la capitale lors des municipales, puisqu'il y a vingt arrondissements. Dans chacun d'eux, les électeurs désignent par leur vote les conseillers municipaux et les conseillers d'arrondissements (qui désignent le maire d'arrondissement). A l'issue du vote, le camp qui dispose de la majorité absolue des sièges au conseil municipal désigne le maire de la capitale. Il faut donc une majorité ou un accord liant au moins 82 élus. Dans les faits, donc, un maire de Paris peut être élu sans être majoritaire en nombre de voix.

le scrutin proportionnel par arrondissement valorise considérablement la liste victorieuse en lui attribuant presque automatiquement les deux tiers des postes. Prenons le cas théorique d'un arrondissement où 16 sièges de conseillers de Paris sont à pourvoir : avec 50% des suffrages + une voix, la liste qui l'emporte décroche 12 sièges, contre seulement 4 pour la liste battue d'un cheveu. Si le système permet de dégager des majorités très nettes dans les arrondissements, il peut aussi présenter un inconvénient majeur à l'échelle de Paris : autoriser l'élection d'un maire minoritaire en voix. Ce fut le cas de Bertrand Delanoë en 2001. Le cumul de voix obtenues par les listes de Philippe Seguin était supérieur à celui des listes de gauche, mais le nombre des conseillers de Paris élus lui était à l'inverse défavorable.

18/09/2019

A propos de Philippe Goujon, ex UMP, ex Les Républicains

Une lettre envoyée à M. Goujon, ex patron de la Fédération de Paris de l'UMP des élus de son ex parti :

«Lettre ouverte à notre ami Philippe Goujon»

«Élus LR du 15ème arrondissement, nous t’avons jusqu’ici toujours soutenu, dans les nombreux combats que tu as menés, quelles que soient les difficultés. Nous l’avons fait dans l’intérêt de Paris, de notre arrondissement, de nos idées.

Depuis ta défaite aux législatives en 2017, tu sembles ne plus savoir d’où tu viens, ni où tu vas. Tu multiplies les prises de position incohérentes et contradictoires. Tu te dis sans doute que ta longue carrière clairement à droite risque de te faire perdre les prochaines municipales. Alors, pris de panique, tu cherches désespérément une alliance - peu importe l’étiquette, peu importe le candidat! - qui te permettrait de te maintenir, coûte que coûte, à la tête de la mairie.

Tu pousses le reniement jusqu’à mépriser maintenant l’étiquette LR, au point d’abandonner le Groupe LRI, au conseil de Paris comme au Conseil d’arrondissement du 15e, pour rejoindre le groupe 100% Paris de Pierre-Yves Bournazel. Un comble alors que tu as présidé notre Fédération pendant 15 ans. Une insulte pour nos élus et militants alors que notre mouvement traverse une période compliquée. Une manœuvre grossière pour tous les électeurs qui veulent de la clarté, de la constance, et qui se méfient des girouettes.

Par respect pour nos électeurs et par fidélité à nos convictions et à notre parti, nous avons décidé de porter avec fierté le drapeau de la droite républicaine dans le 15e avec une équipe renouvelée. Nous sommes prêts à prendre le relais pour reconstruire la droite et rassembler les électeurs du 15e qui se reconnaissent dans les valeurs de la droite républicaine. Cher Philippe, il est encore temps de te ressaisir et de rejoindre ton camp...

10/07/2019

Pour qui voter à Paris?

Nous sommes dans un système démocratique...

Contrairement à ce que laissent entendre les médias, nous ne voterons pas en mars 2020 pour un maire mais, dans chaque arrondissement, pour un conseil d'arrondissement et pour des représentants de ce conseil à l'Hôtel de ville. Ce sont ces représentants, les conseillers de Paris, qui choisiront le maire. Lequel maire n'a aucun pouvoir sans l'accord des autres conseillers de Paris!

Nous ne pouvons nous résoudre à devoir choisir uniquement entre les listes de la gauche et celles de la France Insoumise. Nous voterons pour ceux et pour celles qui nous semblent capables de changer entièrement la politique menée à Paris jusqu'à présent.

Quand nous connaitrons nos candidats dans le 10e arrondissement, on en reparlera...

En attendant, relisons cette admirable chronique de Roger-Pol Droit publiée fin juin :

Il n'y a pas si longtemps, on venait vivre en ville parce que c'était mieux qu'à la campagne : plus de confort, de loisirs, de services, de soins… Ces perspectives décidaient des ruraux à s'installer dans les capitales, qu'elles soient régionales ou nationales. C'est toujours le cas, du moins en grande partie. De fait, les grandes villes de France demeurent, dans l'ensemble, agréables à habiter.

Sauf Paris. Le quotidien y a viré à l'enfer. Les malheureux résidents de cette cité, qui fut autrefois Ville Lumière, subissent l'entrelacement de  transports publics bondés , de  travaux sur la chaussée en nombre démesuré , d'embouteillages interminables, d'une pollution de l'air croissante, d'une insécurité sans précédent de la circulation, mêlant dans le plus anarchique désordre trottinettes, vélos, motos, voitures, bus et piétons… Le tout, en ce moment, par 40° à l'ombre. Evidemment, personne n'est responsable de  l'actuel pic de chaleur . Mais la cause de ce chaos urbain est directement politique.

Une gestion délirante et néfaste

Car ce n'est pas un effet du hasard si cette ville joyau est à présent invivable, encombrée, polluée, laide et vulgaire. Il n'y a là aucun effet du destin, aucune nécessité. Rien que des erreurs, des entêtements absurdes, des fantasmes idéologiques, des décisions contre-productives. Bref, une gestion délirante et néfaste. La liste détaillée des bourdes funestes de la maire de Paris au cours de son mandat occuperait plusieurs volumes. Les principaux exemples suffiront.

Il est urgent de purifier l'air de Paris, tout le monde en convient. Or il n'existe pour y parvenir qu'une seule méthode immédiatement efficace : commencer par rendre la circulation automobile la plus fluide possible. C'est le premier pas. Ensuite, on peut s'efforcer de diminuer le trafic, comme l'ont fait Londres ou Rome. A Paris, au contraire, la mairie s'est appliquée à paralyser systématiquement le trafic en bloquant le souterrain du Louvre, en fermant les voies sur berges à la circulation, en multipliant les voies cyclables et les chantiers. Résultat : les temps de trajet doublent, et surtout les taux de pollution augmentent. Est-ce cela qu'on appelle le sens de l'écologie ? Et de la gestion publique ?

La laideur se vit mal

Il est souhaitable de rénover la cité, là aussi tout le monde est d'accord. Pourtant, la multiplication de mobiliers urbains disparates et hétéroclites, la dissémination de nouvelles poubelles hideuses, le remplacement des kiosques à journaux stylés par des cubes de plastique sans grâce ne semblent pas aller dans ce sens. Ni les aménagements pseudo-festifs qui fleurissent un peu partout. Pas question de souhaiter que tout reste identique, mais il faut éviter que tout ne devienne abject.

Parce que cette ville n'est pas un amas de distractions. Elle fut aussi, et peut-être avant tout, un spectacle étonnant et sublime, une esthétique, un univers de détails innombrables et infimes en corrélation. Au lieu de respecter ces traits, d'améliorer le quotidien en tenant compte de leur existence, on les néglige, les détériore, les détruit. Si je tiens à le dire, c'est que je suis né à Paris, que ma mère y était née, et que j'aime ce lieu du monde. Pour en connaître pas mal d'autres, j'ai la faiblesse de croire celui-ci singulier entre tous. Mais fragile, éminemment. Et en péril, à présent.

Il faudrait appeler à la rescousse François Villon et Clément Marot, Rabelais et Montaigne, Balzac et Hugo, Benjamin et Aragon, et tant d'autres, tous amoureux de Paris, tous piétons, tous poètes et paroliers. Qu'ils empêchent, si possible, la ville de n'être plus que l'ombre d'elle-même, et d'étouffer de mille manières. Certes, les meurtres d'âme ne figurent pas au Code pénal, mais il est urgent de délivrer Paris des forces qui la minent , et de commencer à la réparer, avec l'allégresse qu'elle mérite.

Si ce n'était pas le cas, la grande kermesse olympique qui s'annonce devrait s'agrémenter d'épreuves inédites. On inaugurerait le slalom géant en trottinette électrique, le marathon immobile sans respiration, la compétition d'extase à Paris-plage. On tenterait de battre le record de la piste cyclable la plus longue et la moins fréquentée. On se vanterait de cent mérites et de mille vertus. Et l'on remporterait la médaille d'or du pire. Avant cela, s'il est encore temps, mieux vaudrait se souvenir de ce que Pierre de Coubertin n'a pas dit : en matière d'enfer, d'étouffement et de chaos, l'important est de ne pas participer.