Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2019

Fin de la grève à la SNCF...

Fin de la grève à la SNCF.jpg

Le trafic devrait reprendre bientôt...

06/12/2019

Vivement le retour des "anciens partis" !

L'aveuglement, l'incompétence et l'amateurisme de M. Macron et de ceux qui le suivent incitent à souhaiter le rétablissement rapide de l'"ancien monde".

Les errements sur les retraites, les interventions intempestives à l'international, le lâchage général et démagogique et toutes ces pseudo-réformes qui repoussent à plus tard ce qu'il fallait faire dès maintenant, soulignent l'urgence de l'après-Macron.

Les socialistes dans la 2e partie du quinquennat de M. Hollande, les Républicains dans leurs intentions étaient sur la bonne voie. M. Macron nous fait reculer.

02/12/2019

Rachida DATI en 2e position selon le dernier sondage !

Avec 16 % des voix, il n'y a plus que 6 points d'écart entre Rachida DATI et la Maire actuelle de Paris, Anne HIDALGO.

Rachida DATI se retrouve 2e ex-aequo avec Cédric GRIVAUX.

23/11/2019

A l'inauguration du PC de campagne de Rachida DATI

Ce samedi 23 novembre, nous avons inauguré le PC de campagne de Rachida DATI, Maire du 7e et candidate à la Mairie de Paris, avec une délégation du 10e arrondissement composée par moitié d'anciens de l'UMP et en présence d'Agnès EVEN, présidente de la fédération de Paris des Républicains, de la Maire du 8e, de Claude GOASGEN et d' 'autres élus de Paris...

Rachida DATI (2).JPG

07/11/2019

Avec Rachida DATI...

Rachida DATI.jpg

Rachida DATI, notre ancienne militante du 10e arrondissement, vient d'être désignée candidate à la Mairie de Paris.

AGIR POUR LE 10e la soutient évidemment!

02/10/2019

Atteinte à la liberté d'expression en France!

« Le parquet ouvre une enquête contre Éric Zemmour pour injures publiques et provocation à la discrimination. »
 
C’est par ces mots qu’on apprend qu’une nouvelle campagne contre la liberté d’expression en France est lancée.
 
Il faut réagir immédiatement !

L’heure est grave : cette enquête est diligentée contre Zemmour suite à son discours du 28 septembre sur l’immigration et l’islam.
 
Et nombre de journalistes de médias politiquement corrects profitent de cette enquête pour faire pression sur le polémiste.
 
Ce qui est reproché à Zemmour par ces juges et journalistes, c’est un délit d’opinion.
Un délit d’opinion, rien de plus.
 
Et ce n’est pas la première fois. 
 
En 2010, Éric Zemmour avait déjà été poursuivi pour des propos sur les délinquants noirs et arabes, alors même que les statistiques officielles lui donnent raison !
 
Vous l’avez compris, cette chasse au sorcière est politique
 
La justice est utilisée pour faire taire les opinions divergentes. Pour empêcher le débat d’idées. Pour cacher le réel.
 
L’heure est d’autant plus grave qu’Éric Zemmour n’est pas le seul concerné.
 
En effet, la limitation de la liberté d’expression, la censure des idées s’accroît mois après mois
 
Pour chacun de nous.
 
Souvenez-vous de la loi « fake-news » de Macron. Adoptée en 2018, elle limite déjà la liberté et donne pouvoir au juge de décider ce qui est vrai ou ce qui est faux.
 
Même ceux qui ne partagent pas les idées d’Éric Zemmour devraient s’inquiéter. La censure du politiquement correct « progresse » jour après jour.

Ironie du sort, Éric Zemmour avait dénoncé cette loi proposée par les députés macronistes :

« Je n’ai aucune confiance dans les juges pour interpréter ce qui est bien et ce qui est mal.
C’est un scandale de donner ça aux juges.
C’est leur donner encore plus de pouvoir.
C’est leur donner le moyen, et j’en parle vraiment en connaissance de cause, de dire ce qu’on doit dire et ce qu’on ne doit pas dire. »

Et cette année le gouvernement Macron tente de faire passer une « loi contre la haine », instaurant une véritable police de la pensée sur les réseaux sociaux.

Le député LREM Laetitia Avia qui porte le projet en a d’ailleurs fait la publicité… pour restreindre la possibilité de critiquer l’islam.
Vous l’avez compris, il y a urgence.

En signant cette pétition, vous défendez la liberté d’expression face à la censure politique.

Vous défendez VOTRE liberté.

Mobilisez-vous maintenant.

Signez la pétition en cliquant sur le bouton ci-dessous :

01/10/2019

Contribution au débat sur l'immigration. M. Macron a raison d'en parler...

Contribution au débat sur l’immigration incontrôlée extra-européenne :

  • 75 % des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés dans leur pays [1]. 
  • 72 % pensent que l’immigration « est un processus inquiétant qui menace à terme notre mode de vie » [2].
  • 76 % souhaitent un référendum sur l’immigration [3].
  • Et seulement 11% des Français trouvent que l’immigration a un impact « positif » [4].

Que leur faut-il de plus, à M. Macron et à nos députés, pour deviner ce que veulent les Français ?
Il suffit de regarder les faits pour comprendre le ras-le-bol des Français :

  • Deux tiers des crimes et délits en France sont dus à des délinquants et criminels issus de l’immigration [5]
  • + 50 % d’immigrés illégaux en 6 ans profitent de l’Aide Médicale d’État (A.M.E.) : de 200 000 en 2011 à 300 000 en 2017… et ce ne sont que les chiffres officiels ! [6]
  • Il y a 3,8 fois plus de bénéficiaires du RMI chez les immigrés extra-européens et ils sont 2,2 fois plus dépendant des aides au logement. [7]

 

sources :
[1] CNCDH, 2014
[2] Ifop, 2017
[3] Ifop, 2018
[4] Ipsos, 2016
[5] Laurent Obertone, La France Orange Mécanique
[6] L’Express, 18/09/2019
[7] Insee, 2006

26/09/2019

Les Municipales à Paris...

Des sondages donnent la victoire aux listes qui seront conduites par Mme HIDALGO à Paris en mars 2020 :

  • Communistes + socialistes+ radicaux de gauche : 24 %
  • La République en Marche avec M. Griveaux : 17 %
  • M. Villani : 15 %
  • Les Républicains : 14 %
  • Europe- Ecologie-Les Verts : 13 %
  • AGIR : 5 %
  • Aimer-Paris de M. Federbusch + Rassemblement national : 4 %
  • Autres : 8 %

La gauche et les écologistes font donc 37 %. Les macronistes 32 %. Les autres 31 %.

Mais il ne faut pas oublier qu’ à Paris, chaque arrondissement constitue un "secteur électoral". Il y a donc en réalité non pas une, mais vingt élections différentes dans la capitale lors des municipales, puisqu'il y a vingt arrondissements. Dans chacun d'eux, les électeurs désignent par leur vote les conseillers municipaux et les conseillers d'arrondissements (qui désignent le maire d'arrondissement). A l'issue du vote, le camp qui dispose de la majorité absolue des sièges au conseil municipal désigne le maire de la capitale. Il faut donc une majorité ou un accord liant au moins 82 élus. Dans les faits, donc, un maire de Paris peut être élu sans être majoritaire en nombre de voix.

le scrutin proportionnel par arrondissement valorise considérablement la liste victorieuse en lui attribuant presque automatiquement les deux tiers des postes. Prenons le cas théorique d'un arrondissement où 16 sièges de conseillers de Paris sont à pourvoir : avec 50% des suffrages + une voix, la liste qui l'emporte décroche 12 sièges, contre seulement 4 pour la liste battue d'un cheveu. Si le système permet de dégager des majorités très nettes dans les arrondissements, il peut aussi présenter un inconvénient majeur à l'échelle de Paris : autoriser l'élection d'un maire minoritaire en voix. Ce fut le cas de Bertrand Delanoë en 2001. Le cumul de voix obtenues par les listes de Philippe Seguin était supérieur à celui des listes de gauche, mais le nombre des conseillers de Paris élus lui était à l'inverse défavorable.

18/09/2019

A propos de Philippe Goujon, ex UMP, ex Les Républicains

Une lettre envoyée à M. Goujon, ex patron de la Fédération de Paris de l'UMP des élus de son ex parti :

«Lettre ouverte à notre ami Philippe Goujon»

«Élus LR du 15ème arrondissement, nous t’avons jusqu’ici toujours soutenu, dans les nombreux combats que tu as menés, quelles que soient les difficultés. Nous l’avons fait dans l’intérêt de Paris, de notre arrondissement, de nos idées.

Depuis ta défaite aux législatives en 2017, tu sembles ne plus savoir d’où tu viens, ni où tu vas. Tu multiplies les prises de position incohérentes et contradictoires. Tu te dis sans doute que ta longue carrière clairement à droite risque de te faire perdre les prochaines municipales. Alors, pris de panique, tu cherches désespérément une alliance - peu importe l’étiquette, peu importe le candidat! - qui te permettrait de te maintenir, coûte que coûte, à la tête de la mairie.

Tu pousses le reniement jusqu’à mépriser maintenant l’étiquette LR, au point d’abandonner le Groupe LRI, au conseil de Paris comme au Conseil d’arrondissement du 15e, pour rejoindre le groupe 100% Paris de Pierre-Yves Bournazel. Un comble alors que tu as présidé notre Fédération pendant 15 ans. Une insulte pour nos élus et militants alors que notre mouvement traverse une période compliquée. Une manœuvre grossière pour tous les électeurs qui veulent de la clarté, de la constance, et qui se méfient des girouettes.

Par respect pour nos électeurs et par fidélité à nos convictions et à notre parti, nous avons décidé de porter avec fierté le drapeau de la droite républicaine dans le 15e avec une équipe renouvelée. Nous sommes prêts à prendre le relais pour reconstruire la droite et rassembler les électeurs du 15e qui se reconnaissent dans les valeurs de la droite républicaine. Cher Philippe, il est encore temps de te ressaisir et de rejoindre ton camp...

23/08/2019

Un Etat de plus en plus envahissant avec M. Macron

Systématiquement notre Président détricote le paritarisme et renforce les pouvoirs de l’État au détriment des syndicats de salariés et d'employeurs.

Déjà il  a sérieusement entamé le pouvoir des syndicats dans la gestion de la formation.

Il s'est ensuite attaqué aux Prud'hommes en permettant qu'une affaire soit jugée par un groupe de magistrats comprenant un magistrat fonctionnaire.

Puis il s'en est pris au pouvoir des partenaires sociaux dans la gestion de l'aide aux logements : il a ainsi obligé les bailleurs sociaux (gérés par les syndicats) à baisser les loyers tout en augmentant le taux de leur TVA de 5,5 à 10 %.

Il va s'en prendre au paritarisme dans la gestion des retraites en fusionnant la CNAVTS et les caisses de retraite complémentaires du secteur privé, gérées par les syndicats , tout en obligeant ces dernières caisses à abandonner leurs réserves constituées depuis des années au profit de L’État et de sa réforme des retraites.

Il s'en prend enfin à la gestion par les syndicats de l'assurance-chômage (l'UNEDIC) en obligeant cette dernière à participer au fonctionnement de POLE EMPLOI avec les cotisations des salariés et des employeurs!

Et certains font mine de croire que Monsieur Macron est un libéral!

On sait pourtant que l’État est un très mauvais gestionnaire...

NON AU TOUT ÉTAT !