Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2019

M. Macron, à l'origine des désordres...

Comment les médias peuvent-ils encore s'étonner de ce que des casseurs sévissent chaque samedi dans nos villes?

M. Macron a donné l'exemple du mépris de nos institutions :

- en cédant devant les agités de Notre-dame des Landes,

- en cédant immédiatement dès les premières manifestations de Gilets Jaunes et en lâchant 10 milliards d'Euros sur le dos des pauvres contribuables français,

- en organisant son "grand débat" qui est une insulte à nos institutions. Pourquoi, après avoir été élu, demander aux Français ce qu'ils veulent, c'est-à-dire pourquoi il fallait élire M. Macron? Ne fallait-il pas le faire avant?

- en ignorant la représentation nationale: le débat, c'est dans l'enceinte du Parlement qu'il doit avoir lieu, sinon, c'est ignorer nos institutions. On peut ne pas soutenir la majorité actuelle mais elle a été élue. Il convient de la respecter.

09/02/2019

L'infolettre du sénateur Dominati

Philippe Dominati, sénateur
 
 
 
Facebook
Twitter
 
 
Les sénateurs rejettent la privatisation d'ADP
 
 
     Vous avez bien voulu signer la pétition contre la privatisation d’Aéroports de Paris et je vous en remercie. Grâce à vous, une large majorité de Sénateurs ont rejeté ce projet de privatisation.

     Les craintes que vous avez exprimées en soutenant massivement cette pétition ont été partagées par nombre de mes collègues. Si le rejet au Sénat mardi soir constitue une première étape importante, notre mobilisation ne doit pas faiblir.
 
      Le gouvernement, avec le soutien de l’Assemblée nationale, semble en effet déterminé à céder la participation de l’Etat au capital d’ADP. C’est pourquoi votre signature est utile et je vous invite à partager la pétition autour de vous.
 

 

Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adp

06/02/2019

Un tweet du sénateur Yves POZZO DI BORGO

Vous auriez mieux fait de faire les réformes pour diminuer les dépenses de L’État et ainsi diminuer la pression fiscale et des nombreuses taxes sur le revenu de travail des Français plutôt que de distribuer comme un socialiste de base de l’argent que nous n’avons pas!

03/02/2019

WAUQUIEZ DOIT PARTIR !

Pour l'équilibre des institutions, pour le respect du peuple de droite mais aussi de l'ensemble des Français, pour éviter le naufrage de l'UMP (Les Républicains !), WAUQUIEZ a déjà montré son incompétence et ses errements idéologiques. Il doit partir !

02/02/2019

Une lettre du sénateur Dominati

 

️ Pourquoi vendre Aéroports de Paris ?

 

 

    Je viens de prendre la parole dans la discussion générale de la loi PACTE pour m'opposer au projet de privatisation d'Aéroports de Paris. Ce projet sera étudié en début de semaine prochaine et il vous concerne directement ; c’est pourquoi je vous expose mes convictions sur ce sujet.

 

    Dans le projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) il est prévu de privatiser Aéroports de Paris. Bien que libéral, je doute sérieusement de la pertinence de cette opération et les arguments sont nombreux pour s’opposer à la vente d’une infrastructure qui incarne l’image de la France et de l’Europe. Une étape importante se décidera au Sénat dans les prochains jours.


    Je sais bien que les libéraux sont a priori favorables aux privatisations, mais, en l’occurrence, il s’agit de maintenir un monopole aux mains d’une société privée et non d’ouvrir un secteur à la concurrence. Or, je considère que seule la puissance publique a la légitimité nécessaire pour détenir un monopole.


    Cette privatisation interpelle également dans la mesure où la plupart des pays, à commencer par le plus libéral d’entre tous, les Etats-Unis, détiennent leurs grands aéroports pour des raisons de souveraineté nationale. Que ce soit à Munich, Francfort, Madrid, les aéroports demeurent sous strict contrôle public. A l’exception de Londres, il n’y a que dans les pays en voie de développement que l’on observe une majorité d’aéroports privatisés. Il est donc difficile de se séparer de ces infrastructures stratégiques, a fortiori lorsque cette cession risque de laisser un secteur entier de notre économie contrôlé par une poignée d’entreprises.

 

 

06/01/2019

M. WAUQUIEZ, partez !

Quand Monsieur Alain WAUQUIEZ se décidera-t-il à démissionner de ce poste de patron de l'UMP (ou des Républicains) qu'il n'arrive pas à assumer ?

Il fait du tort à la droite mais surtout à la France entière qui ne veut pas avoir le choix aux prochaines élections, une nouvelle fois, entre M. Macron, dont on connaît aussi l'incapacité à assumer sa fonction et Mme Le Pen qui ne sait plus où elle va...

05/01/2019

Les voeux de la Maire du 10e

C'est le 24 janvier à 18h30 à la Mairie du 10e.

                         index.jpg

30/12/2018

NON au référendeum d'initiative citoyenne (ou populaire)

Quelques agitateurs d'extrême gauche relayés par la plupart des médias ont mis en avant cette revendication d'une poignée de manifestants absolument pas représentatifs des Gilets jaunes dont nous ne soutenons le mouvement que quant il s 'agit d'arrêter la hausse des impôts.

Non au RIC !

Non à la démagogie !

Ce qu'il faut, c'est redonner la parole aux électeurs en modifiant le mode de scrutin afin de le rendre plus proportionnel et tenir compte des bulletins blancs et nuls.

Non il n'y a pas trop de députés ou de sénateurs! Il faut au contraire qu'il y en ait beaucoup afin qu'ils soient près de ceux qui les ont élus et qu'il soient réellement représentatifs du peuple. Il faut aussi modifier la loi afin que les fonctionnaires ne puissent pas être élus s'ils peuvent retrouver leur emploi ensuite car il y a rupture d'égalité entre candidats. Et il faut encourager les ouvriers et employés à pouvoir être candidats et élus sans qu'ils perdent leur emploi ou les patrons à pouvoir l'être sans mettre en péril leur entreprise...

Non, les députés et les sénateurs ne sont pas trop payés !

Oui il faut préserver le Sénat !

Non aux soit-disant réformes constitutionnelles de M. Macron qui vont succéder aux autres réformes constitutionnelles stupides qui ont interdit le cumul des mandats, qui ont réduit la durée du mandat présidentiel et qui ont provoqué l'élection des députés dans la foulée des présidentielles.

Oui à une réforme constitutionnelle qui abolit ces réformes stupides qui ont éloigné les Français du sens de la démocratie...

Oui il faut réduire le train de vie de L’État par de vraies réformes et non par les réformettes de M. Macron.

Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ric

28/12/2018

Ca circule sur le net et qui peut le contester?

Cher monsieur le tribunal,

J'ai pris connaissance, il y a quelques jours, de votre décision d'interdire la crèche de Noël traditionnellement installée dans le hall du Conseil Général de la Vendée.

Quelle mouche vous a donc piqué ?

 Vous avez fait des études, je suppose.. Peut-être savez vous donc que Noël vient du latin " Natalis" qui veut dire Naissance. Alors je vais vous livrer un secret que vous voudrez bien transmettre à vos confrères qui peut-être nagent avec complaisance dans la même ignorance que vous. La naissance dont il est question est celle d'un certain Jésus de Nazareth né il y a un peu plus de 2000 ans. je dis ça parce qu'étant donné que vous n'avez pas interdit les illuminations de Noël, je suppose que vous ignoriez ce détail. Voyez-vous, Noel n'est pas l'anniversaire de la naissance du Père Noël ( je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous ) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l'andouillette tout en interdisant la consommation d'andouillette le jour de la fête de l'andouillette.

La crèche c'est ce qu'on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le Tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n'est parce qu'il est le fruit d'une tradition ?

Vous êtes un briseur de rêves, Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche c'est Noël et Noël c'est la crèche. La crèche c'est aussi l'histoire d'une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C'est un signe d'espoir pour tous les sans logement. La crèche c'est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C'est un signe d'espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations et de conflit au Moyen Orient. La crèche c'est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez vous beaucoup d'agriculteurs qui rigolent en cette période de crise? La crèche c'est un bœuf, symbole de la condition laborieuse de l'homme. Enfin, la crèche, c'est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2013 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes et ne semble pas en être revenu.

Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur le Tribunal, à l'expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël.

Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël

15/12/2018

Ca traîne sur le net et c'est bien écrit...

Monsieur le Président,

  La vanité rend aveugle et sourd.

  Eussiez-vous un QI XXXL, la vanité anéantirait les capacités de vos neurones.

  Mais bien sûr, vous n’êtes pas concerné.

  Quand on accepte le sobriquet de Jupiter, on se sent planer au-dessus du vulgum pécus, d’autant que Jupiter est le dieu romain le plus puissant du panthéon. Mais Jupiter est aussi, à 95 %, formé de gaz.

C’est dire qu’il n’a quasiment aucune consistance.

 Et c’est bien ce à quoi vous nous avez confrontés, en proclamant sans cesse, avec une autorité jupitérienne, tout et son contraire, ou en traitant un jour avec morgue, du bas de votre grandeur, le chef suprême des Armées de France, ou en abreuvant quasi chaque jour le peuple français, du haut de votre humilité tartufienne, de mesures indigestes et irrationnelles, jusqu’au paroxysme de l’insupportable.

 Le navire France sous le contrôle de Jupiter devient un bateau qui tourne sur lui-même quand les vents sont contraires.

 ENTENDEZ-VOUS, DANS NOS CAMPAGNES, LE BRUIT DES MULTIPLES MOUTONS ENRAGÉS ?

Oh oui, vous l’entendez, mais vous n’en avez cure !

Vous croyez encore et toujours pouvoir tout contrôler alors que tout vous échappe, et - on le voit - la panique commence à s’emparer de l’Elysée.

 Si vous n’étiez pas Jupiter, cette usine à gaz, vous comprendriez qu’une étincelle suffit désormais pour embraser une France en colère.

 J’étais dans les premiers rangs des manifs de mai 68 alors que vous n’étiez même pas né, je sais comment ce pays peut sortir en un instant de son endormissement, qui n’est qu’apparent malgré les doses gargantuesques de soporifiques que ses médias lui font absorber chaque jour.

 Si vous n’étiez pas jupitérien, vous auriez sans doute la décence, le bon sens et l’intelligence de descendre de votre trône, et de démissionner avant qu’il ne soit trop tard, pour laisser à ce pays une chance de respirer et de se redresser.

 Je suis chrétienne, j’ai 77 ans, je devrais faire partie de la majorité silencieuse parce que censée être de date périmée. Mais voilà, je suis une Française en colère.

 En colère car vous saccagez mon pays, un pays que j’aime, tandis que vous en piétinez les racines et les valeurs, et que vous prenez le peuple français pour un troupeau de moutons bons à tondre, et qui ne sait que bêler bêtement, ou pleurnicher.

 Vous ne connaissez ni la France, ni les Français. Quand on les tond de trop près, jusqu’à leur arracher la peau, ils sont capables, en une minute, de se transformer en taureaux furieux qui chargent en renversant tout sur leur passage.

 Monsieur le Président Macron, je le sens, je le sais, si vous persistez à vous accrocher à un trône qui ne vous appartient pas et dont vous vous êtes emparé à coup de coups fourrés, ce sont des milliers de Français qui pourraient périr dans la guerre la plus cruelle et la plus horrible qui soit : la guerre civile.

  Vous avez bien piétiné l‘armée : elle ne vous suivra pas, d’autant plus que vous lui avez ôté les moyens de défendre la France (vos prédécesseurs avaient déjà bien entamé cette tâche) et que vous l’avez insultée.

  La police ?  Elle ne vous suivra pas : elle est excédée des ordres et contre-ordres de la Gauche depuis des décennies, excédée d’être privée de moyens logistiques, excédée d’être enrayée dans ses capacités d’action par une réglementation si tordue que souvent c’est le policier qui est intervenu contre un délinquant dangereux que l’on sanctionne, tandis que le criminel est relaxé.

Elle est excédée de servir de chair à canon à la racaille que vous chérissez tellement que vous en venez à la serrer dans vos bras avec des yeux enamourés quand même ses ressortissants vous font un "doigt d’honneur".

 La racaille des banlieues pour vous défendre ? Elle est passée maîtresse dans l’art de se servir de votre "humanisme" candide pour tout vous soutirer - vos prédécesseurs les ont déjà bien conditionnés.

 L’immigration islamique que vous dorlotez au détriment des Français, parce qu’elle représente un électorat potentiel et une "population de remplacement" ? Elle vous considère, tout comme n’importe quel Français, comme un fétu de paille à balayer, pour pouvoir instaurer ses lois, ses coutumes barbares, sa religion moyenâgeuse, ses restrictions alimentaires, son sexisme, son racisme, sa polygamie, et tous les autres préceptes anti démocratiques de la charia et des hadiths.

 Je pourrais continuer longtemps, mais je ne veux pas que cela ressemble à un réquisitoire.

Je veux juste vous adresser une supplique :

 Monsieur le Président Macron, par amour de la France, je vous en conjure, partez !

 C’est une vieille Française qui vous parle, une vieille Française contrainte de conduire pour survivre puisqu’elle est en rase campagne et qu’il faut bien aller chercher son pain quotidiennement, une vieille Française dont le fuel dont elle se chauffe a augmenté de 40% en quelques mois, et qui subit une csg en courant ascensionnel perpétuel, tandis que sa retraite plane désespérément au-dessous du seuil de survie.

 Pourtant, ce n’est pas pour moi que je suis en colère, je suis en colère pour ce que vous faites à la France, pour le seul profit d’une caste avide et méprisante, et pour la plus grande satisfaction de hordes d’envahisseurs dont une grande partie est composée de malfaisants et de terroristes.

   J’ai mal à la France, SVP, PARTEZ