Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Fêtons Noël !

a812bb02.gif

15/12/2016

La lettre du sénateur Dominati

Dominati.jpg

Cazeneuve : quel mauvais bilan !
 
      Le renoncement de François Hollande à briguer un second mandat a aussitôt poussé Manuel Valls à déclarer sa candidature, entraînant de fait un ultime jeu de chaises musicales au gouvernement : Bernard Cazeneuve, remplacé par Bruno Le Roux, a donc quitté la place Beauvau pour Matignon.
      Au piteux bilan de François Hollande figure pourtant en bonne place la faillite sécuritaire de Bernard Cazeneuve. Rarement la défiance des forces de l’ordre envers leur hiérarchie n’aura été aussi grande et unanimement partagée.
       Désigné en 2014, quelques semaines avant l’attentat contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, comme rapporteur spécial au Sénat du budget « Sécurité », j’ai pu contribuer à la mobilisation de la nation contre la menace terroriste et participer au Parlement à toutes les décisions primordiales. Le seul argument du pouvoir, depuis cette date fatidique du 7 janvier 2015, a été d’évoquer la baisse des effectifs des années Sarkozy et la hausse engagée depuis le début des attentats.
      Ce seul discours a semblé suffisant depuis deux ans pour que le ministre de l’Intérieur se contente d’affirmer et de revendiquer ce choix comme étant la réponse adéquate aux angoisses de nos concitoyens.
     Dans le projet de budget initial de 2017, on constate qu’il y aura certes 5 000 policiers supplémentaires par rapport à 2009, mais au détriment des investissements qui, sur la même période, seront inférieurs de 140 millions d’euros ! « Plus d’effectifs, moins de moyens » : tel aura été la réalité de la gestion de la crise par Bernard Cazeneuve depuis deux ans au ministère de l’intérieur.
      Lors de l’examen du projet de budget de l’Etat pour 2017, notre majorité sénatoriale n’a eu d’autre choix que de le rejeter en bloc. Rarement, en effet, nous avions connu une telle insincérité dans des documents budgétaires. En ce qui concerne plus spécifiquement la Police et la Gendarmerie, c’est avec regret mais responsabilité que nous avons dû sanctionner l’action d’un ministre qui, dans trois domaines, aura fait fausse route : le dogme fallacieux des effectifs, la paupérisation des moyens et, surtout, une attitude cynique à l’égard des forces de l’ordre par la multiplication de promesses non tenues ou illusoires.
 
L’illusoire dogme des effectifs
 
        Le choc de la série d’attentats qui a fait 236 victimes a logiquement placé la question de la sécurité intérieure au cur des préoccupations de nos concitoyens. D’autant qu’une crise migratoire d’une ampleur inédite s’est traduite pour nos policiers et gendarmes par un surcroît d’activité.
     Le ministre a fait semblant d’apporter une réponse en augmentant légèrement les effectifs, mais il a, dans le même temps, accepté la principale revendication du syndicat classé à gauche pour modifier les rythmes en vigueur dans la police nationale à partir de la fin du premier semestre de 2017. Cette décision, si la réforme devait être appliquée, entraînera une augmentation de la masse salariale de plus de 20 %.
        Ce nouveau rythme dit du « vendredi fort » impliquera dans la plupart des départements la création de brigades supplémentaires. Dans le même temps, pour répondre à une harmonisation européenne, nos gendarmes travaillent depuis le mois de septembre sous le régime d’une instruction provisoire. Le directeur général de la gendarmerie qualifie même de « capitale » la négociation avec Bruxelles, faute de quoi les besoins en heures de travail exploseront. Pourtant la France est, avec l’Italie, le pays d’Europe qui compte les plus importantes forces de sécurité par rapport à la population : 1 policier ou gendarme pour 248 habitants, 1 pour 320 en Allemagne. La gestion de nos forces de sécurité ne dépend pas des effectifs, mais bien de l’effectivité du temps de travail.
 
Une paupérisation toujours rampante
 
        La colère exprimée par les policiers pendant de longues semaines, en octobre et novembre, partout dans le pays, a démontré que l’absence de moyens n’était plus acceptable. Ils ont le sentiment que seules les unités dédiées à la lutte anti-terroriste, au renseignement ou à la politique migratoire ont bénéficié de nouvelles dotations.
        Or, sur chacun de ces sujets, le Gouvernement n’a pas su apporter les réponses nécessaires. En témoigne l’extrême déséquilibre du ratio investissement/fonctionnement. En 2017, les dépenses de personnel représenteront 87,2 % du total des dépenses du ministère de l’Intérieur. à titre de comparaison, le ratio d’investissement et de fonctionnement est deux fois plus élevé pour un policier londonien (14.303) que pour un policier français (7.400). Quant aux tâches indues, leur diminution promise par le Gouvernement ne s’est, elle non plus, jamais concrétisée. Ainsi, moins de 45 % des policiers peuvent être sur le terrain.
 
Une attitude cynique
 
        Face à cette deuxième fronde des policiers sous le mandat de François Hollande (la première ayant eu lieu sous les fenêtres de Madame Taubira, trois mois avant sa démission, pour protester contre la politique pénale du gouvernement), le ministre de l’Intérieur s’est rappelé que cette situation était paradoxale, à l'heure où le pays est placé sous l’état d’urgence. Aussi, après avoir été reçu par le président de la République en présence des syndicats policiers, il a annoncé que 250 millions d’euros seraient débloqués pour financer des équipements nouveaux. Hélas, quelques jours plus tard, le gouvernement s’est contenté d’un amendement de 100 millions dont 10 étaient bloqués par un principe de précaution budgétaire. Ainsi, quand Cazeneuve annonce 250 il faut s’attendre à 90. La confiance est brisée et dans toute la France une grève des procès-verbaux se développe afin d’amoindrir les recettes de l’Etat. Tout le monde y perd, surtout la crédibilité de l’exécutif.
        Ce ministre soigne sa communication et, à défaut d’être efficace, rassure. C’est sans doute pour ces qualités que le président lui a demandé de diriger le gouvernement pour les cinq mois qui restent. Il ne faut cependant pas en attendre beaucoup….

10/12/2016

C'est Seybah DAGOMAH qui sera candidate pour le parti socialiste dans la 5e circonscription

Seybah_Dagoma_portrait-1-200x200.jpgLes militants des 3e et 10e arrondissements de Paris ont désigné Madame Seybah DAGOMA comme candidate aux Législatives de juin 2017. C'est intelligent et démocratique...

Pour le parti Les Républicains, comme du temps de l'UMP, ce sont les pontes du parti qui désigneront le candidat, contre l'avis des militants locaux avec le résultat que l'on sait, puisque les statuts des Républicains sont copiés sur ceux de l'UMP...

09/12/2016

850 000 € pour les espaces verts des quais interdits aux voitures !

Voilà à quoi servent nos impôts à Paris. L'incroyable ultra-socialisme de Mme Hidalgo conduit à pérenniser l'absurdité que constitue la "piétonisation" des voix sur berges.

Alors que tous reconnaissent que l'interdiction des voitures sur les voix sur berge contribue à l'engorgement de Paris et à l'augmentation de la pollution, notre incroyable Maire de Paris s'enfonce un peu plus chaque jour dans le fameux syndrome dit de l'autobus : plus j'investis dans l'attente de mon bus, même si je peux me rendre à l'endroit désiré à pied, plus vite,  plus je continue  car je ne veux pas perdre mon investissement.

Même démarche avec cette piétonisation. Qu'est-ce qui fera reprendre raison à Mme Hidalgo ?

Et que dire de cette débauche de bien-pensance "solidaire, citoyenne et équitable" ?

Les berges vont contenir désormais un atelier vélo solidaire, une buvette solidaire, un café-club équitable, deux restaurants citoyens, des souvenirs touristiques équitables, etc...

Autant d'activités qui profiteront aux associations dites de gauche, toujours aux frais du contribuable parisien.

Comme le rapporte le site DELANOPOLIS :

 «La circulation alternée, cela n'a aucun effet et, médicalement, cela n'a aucun intérêt», avait déclaré le Pr Bertrand Dautzenberg en 2014, lors d'une expérience précédente de circulation alternée.

Une mesure «inutile» et sans «aucun effet mesurable significatif», avait pointé le fameux pneumologue de La Pitié-Salpêtrière et président de l'Office français de prévention du tabagisme.

«La circulation alternée a peut-être l'avantage de faire prendre conscience qu'il y a un problème, poursuit-il, mais la météo a une influence bien plus grande sur la qualité de l'air. Sans compter que la pollution sur Paris est bien moins importante qu'il y a dix ans».

Les particules en suspension sont les ­fines particules solides portées par l'air. En France, l'objectif est de 30 microgrammes de particules par mètre cube d'air en moyenne annuelle. C'est donc l'exposition annuelle qui a un impact sur la santé et non des dépassements ponctuels.

«Le risque de santé publique est majeur», passe son temps à répéter Hidalgo. Pour les pneumologues, au contraire les taux de pollution en France sont très éloignés de ceux qu'on observe en Chine par exemple, et surtout, l'exposition aux particules n'est en rien comparable au fait de fumer.

«C'est peanuts, comparé au tabac! C'est de l'ordre d'un facteur un à un million", a confié un pneumologue au Figaro lors de la dernière expérience en la matière.

"Je n'ai pas observé ces derniers jours une hausse des consultations chez les patients souffrant d'insuffisance respiratoire ou chez les asthmatiques.»

En définitive, les promoteurs de ce type de mesures se réfugient derrière les admonestations de la Commission européenne qui fustige le peu d'empressement de la France à lutter contre la pollution de l'air. Mais cela ne signifie pas que des mesures inadaptées et purement démagogiques doivent être prises en lieu et place, par exemple, d'un rappel à l'Allemagne de la grande nocivité de ses centrales à charbon qui nous envoient leur pollution de manière beaucoup plus significative.

Dans la longue série des délires hidalguiens, on se préparera aussi, dès le 16 janvier prochain, à l'inénarrable vignette Crit'Air qui aura pour effet d'interdire la circulation des véhicules antérieurs à 1997 (2000 pour les deux-roues) le plus clair de la semaine. Gare aux amendes qui auront surtout pour vertu de remplir les caisses vides de la mairie !  

30/11/2016

L'incroyable et néfaste Anne Hidalgo

168 maires d'Île-de-France ont adressé mardi soir une lettre ouverte à la maire de Paris Anne Hidalgo pour réclamer un nouvel examen de la décision de fermeture des voies sur berge, qui entraîne une détérioration de la vie quotidienne de dizaines de milliers de franciliens. Les élus dénoncent cette indifférence à l'égard des habitants de la petite et de la grande couronne et écrivent : "Pourquoi nier l'évidence de l'aggravation des embouteillages et des nuisances et accuser de 'désinformation' les experts, lanceurs d'alerte, qui mesurent les conséquences néfastes de la décision en matière de transports, de bruits et de qualité de l'air?"Madame Anne Hidalgo joue à "l'apprenti sorcier". Paris est en symbiose avec la petite et la grande couronne, lorsque l'on prend des décisions unilatérales comme l'a fait Madame Hidalgo contre le bon sens, on perturbe toute la circulation de la région parisienne, c'est une politique de gribouille. Les socialistes ont-ils tellement besoin des voix écologistes ?

29/11/2016

Les résultats de la Primaire de la droite et du centre dans notre circonscription

C'est Alain Juppé qui l'emporte dans la 5e circonscription de Paris avec 61,3 % des voix contre 38,7 % pour François Fillon.

Alain Juppé l'emporte d'ailleurs partout dans les circonscriptions de l'Est de Paris. Et à Paris, la victoire de François Fillon est moins éclatante qu'ailleurs : 54,8 % contre 45,2 % pour Alain Juppé;

Encore un commentaire déplacé du Président de la Fédération de Paris de l'UMP ("LES REPUBLICAINS"), Monsieur Philippe GOUJON : "c'est parce que des électeurs de gauche se sont invités à la primaire dans l'Est de la capitale". Quel mépris pour les électeurs de droite qui ne partagent pas ses idées ! Ce n'est pas comme ça que la droite va reprendre la majorité à Paris.

Continuons ainsi à mépriser les militants de droite de l'Est en leur envoyant, pour ce qui est du 10e arrondissement, des Asmani ou des Lancart. Et on verra le résultat.

Si seulement les socialistes étaient plus libéraux et les les "Républicains" moins conservateurs...

28/11/2016

UN TIERS POUR ALAIN JUPPE ET DEUX TIERS POUR FRANCOIS FILLON

Une issue de la Primaire de la droite et du centre qui est conforme aux désistements du premier tour.

AGIR POUR LE 10E va déterminer prochainement son attitude.

25/11/2016

LES MENSONGES QUI ONT ETE DITS SUR ALAIN JUPPE...

François Fillon peut gagner la primaire avec son projet mais il gagnera difficilement la présidentielle. Les sondages sont favorables à Alain Juppé.

Toutes les sottises qui trainent sur le web visant à déconsidérer Juppé sont scandaleuses : non Juppé n'a jamais été membre de la Ligue communiste. Non Juppé n'a jamais financé une mosquée à Bordeaux. Non Juppé n'est pas à la solde de Bayrou. Non...

La gauche se réjouit de la possibilité d'affronter Fillon plutôt que Juppé.

Alain Juppé est le mieux placé pour battre Marine Le Pen, candidate d'extrême gauche et pour battre un candidat de gauche, quel qu'il soit.

22/11/2016

Ce mardi 22 novembre...

Alain Juppé pour la France
annonce_live_toulouse.jpg


Ce soir, mardi 22 novembre à 19h30, Alain Juppé sera en meeting à Toulouse. Où que vous soyez, ne manquez pas ce rendez-vous et suivez en temps réel sur : http://www.alainjuppe2017.fr/direct-toulouse.