Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2018

Les roueries de Madame Hidalgo...

Cliquez :

http://www.youtube.com/embed/-r6hfk9tg5E

05/06/2018

La baisse de la pollution à Paris...

Un membre d'AGIR POUR LE 10e a envoyé cette photo édifiante :

Heureusement qu’Anne Hidalgo a fait supprimer la circulation automobile… On voit tout de suite la baisse de pollution !
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­

­­

­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­

­­­

­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­

­­­

­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
 
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­

­­­

­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
­­­
 

12/03/2018

Mme HIDALGO se moque de la loi et des Parisiens !

Non à la pollution ! Non aux oukases municipales ! Non à l'accroissement des embouteillages dans Paris !

Mobilisons-nous contre la résistance ahurissante de la Maire de Paris et exigeons la réouverture de la voie sur berge.

Signons la pétition : http://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/non-a-la-fer...

11/02/2018

Les mensonges de Madame Hidalgo

«Le trafic automobile à Paris a connu cette année une baisse considérable : 4,8 % en 2017 par rapport à 2016. À présent, la circulation se fluidifie. Et ceux qui ont réellement besoin de prendre leur voiture, comme les taxis ou les artisans, peuvent ainsi mieux circuler. Tout le monde en convient», explique Mairesse Boulba. 

Tout le monde ..? 

Certainement pas le Delanopolis qui rappelle de nouveau les méthodes mensongères utilisées par Hidalgo (et Delanoë avant elle) dans ce domaine. 

 L'astuce est double. 

D'abord, elle consiste à ne pas considérer la hausse du trafic des deux-roues motorisées qui viennent souvent se substituer aux voitures pour des automobilistes désespérés. 

Ensuite et surtout, le trafic est calculé en fonction du nombre de véhicules qui passent sur un kilomètre de voirie sur certains axes choisis.

 Dès lors que ces véhicules sont ensuqués dans des embouteillages, ils en transitent moins et le trafic baisse artificiellement. C'est ce qui s'appelle tirer parti de sa propre turpitude. 

Le mensonge est une seconde nature chez cette bureaucrate socialiste. A vrai dire, c'est même la première en ce qui la concerne ! 

Ajoutons qu'elle conclut par un sempiternel auto-satisfecit sur la pollution : «La réduction du trafic routier est une nécessité de santé publique. Grâce à nos actions, la pollution de l'air a baissé de 30 % à Paris». Elle se garde bien de préciser que ces chiffres, toujours les mêmes, ont plus de quinze ans et sont essentiellement dus aux nouvelles motorisations et nouveaux carburants. L'action d'Hidalgo ralentit un recul de la pollution qui serait plus rapide si elle n'agissait pas ! 

Car, on pourra prendre le problème par tous les bouts, le freinage est la cause principale d'émission de particules fines et les véhicules pris dans des embouteillages cul à cul freinent bien davantage. 

Hidalgo ment comme elle respire et les Parisiens sont contraints de respirer la pollution due à ses mensonges ! 

Billet initialement publié sur le site Denalopolis



01/02/2018

la triste situation dans laquelle Hidalgo a mis Paris

hidalgoPlus de 100 personnes, dans une ambiance électrique et une atmosphère thermique, ont débattu le 29 janvier au Café du Pont neuf avec Serge FEDERBUSCH et AGIR POUR LE 10E de la triste situation dans laquelle Hidalgo a mis Paris et des moyens d'en sortir.

Les interventions de Stéphane Colonna, Mathieu Guyon et Jean-Marc Belotti, responsables d'associations de commerçants, automobilistes et motards ont été particulièrement appréciées d'un public enthousiaste qui a rivalisé de suggestions pour contrecarrer les manœuvres municipales.

Bref de quoi donner des bases solides à Aimer Paris, le mouvement qui parviendra à reprendre notre ville à ceux qui la dévoient en évitant que de vilains macronistes ne leur succèdent (extrait de DELANOPOLIS).

08/11/2017

Madame HIDALGO et la voiture à Paris..

Vous souvenez-vous la dernière fois où vous avez entendu dire du bien de la voiture ?

C'était il y a sûrement bien longtemps !

Car depuis des années, la voiture est devenue l'ennemi public n° 1.

Oh, pas pour les gens, bien sûr !, auxquels elle procure autonomie, souplesse, liberté.

Mais pour une petite caste d'hyper-urbains, qui n'en ont ni l'usage ni le besoin, ayant le privilège de vivre, à deux stations de leur lieu de travail, dans le centre de grandes villes dont ils ne sortent que très rarement, et encore, en train, en taxi ou en avion ; le plus souvent avec notes de frais…

La voiture ? Les gens qui en ont besoin ? Ça les dérange.

Ils veulent la rayer de la carte, l'éradiquer. L'exemple le plus emblématique étant l'actuelle maire de Paris, qui n'hésite pas à pourrir le quotidien de centaines de milliers de personnes, y compris les Parisiens, juste parce qu'elle mène sa petite guerre personnelle contre la voiture.

Et c'est dans ce but que, depuis des années, ils se livrent à une propagande incessante où la voiture est accusée de tous les maux : danger, individualisme, pollution.

Progressivement, cette propagande a fait son œuvre : une fois mis dans la position du "nuisible", égoïste, dangereux et pollueur, une fois réduits au statut de "délinquant routier potentiel", une fois bien imprégnés de l'idée qu'en prenant le volant ils devenaient instantanément irresponsables… les conducteurs n'avaient plus eu d'autre choix que de courber l'échine et subir en silence la punition collective que les pouvoirs décideraient de leur infliger.

Il faut dire que cette propagande anti-voiture s'est répandue d'autant plus vite qu'elle a été massivement soutenue et relayée par ceux qui y ont vu un formidable outil à leur service :

- d'abord, évidemment, les fabricants de radars qui ont pu développer et vendre aux gouvernements successifs d'invraisemblables technologies de surveillance et de répression des citoyens, accumulant au passage des milliards de profit pour eux-mêmes tout en assurant de nouvelles recettes fiscales pour l'Etat.

- ensuite, les hommes politiques qui ont développé une rhétorique facile, se vantant mois après mois de sauver leurs concitoyens des dangers de la route pour mieux masquer leur impuissance à résoudre les fléaux de la société comme le chômage et l'insécurité.

Bref, des années de propagande au profit de quelques-uns, et au détriment de l'immense majorité,  vous et tous ceux dont le seul tort est d'avoir besoin de leur voiture ou leur moto pour se déplacer.

Avec une conséquence tragique : le dévoiement de la sécurité routière, qui était saine et louable, en une vaste machine à faire de l'argent sur le dos des conducteurs, au détriment de la qualité et de la sécurité même de leurs déplacements.

Faut-il le rappeler ? A force de remplacer des mesures de bon sens (prévention, amélioration des routes, etc.) par des machines qui punissent aveuglément les gens pour un rien, les résultats de la sécurité routière se sont dégradés au point de devenir négatifs depuis trois ans.

Aujourd'hui, ce que nous vous proposons, c'est de contribuer à combattre cette idéologie délétère.

Tant que l'idéologie anti-voiture imprègnera la société, il sera difficile de stopper la course effrénée à la répression routière déshumanisée et inefficace par les radars et la généralisation de toutes les technologies de surveillance et contrainte qui s'appliquent aux conducteurs.

16/06/2014

Aux frais du contribuable parisien...