Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2020

Avec les Arméniens du Haut-Karabath

Avec de nombreux élus de tous bords, AGIR POUR LE 10e souhaite que la France réexamine sa stratégie dans le conflit qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan

Le 27 septembre au matin, l'Azerbaïdjan est entré en guerre contre les Arméniens au Haut-Karabakh où des villes et des populations sont prises pour cible. Ce territoire, berceau de la civilisation arménienne et dont la population fut de manière ininterrompue au cours de l'histoire composée essentiellement d'Arméniens, a conquis de haute lutte sa liberté dans une guerre qui s'est achevée en 1994 par un cessez-le-feu. Mais le conflit n'est toujours pas résolu et les affrontements d'une extraordinaire violence qui se développent le long de la ligne de front et se poursuivent depuis quelques heures, attestent de l'échec des tentatives de médiation.

Pourtant, la diplomatie française ne ménage pas ses efforts. En tant que co-présidente aux côtés de la Russie et des Etats-Unis, du Groupe de Minsk mis en place par l'Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe pour rechercher une résolution pacifiste dans ce conflit, la France, invoquant une position de neutralité, œuvre résolument depuis plusieurs décennies pour rechercher une solution garante avant tout de la paix et de la sécurité des populations. Elle devrait pourtant à la lumière des événements récents de l'année 2020 reconsidérer profondément sa stratégie.

Le 12 juillet dernier et sur plusieurs jours, l'armée azerbaïdjanaise a déjà attaqué, non pas le Haut-Karabakh, mais l'Arménie dont les frontières sont pourtant unanimement reconnues par la communauté internationale. Cette extension du conflit dans une région extrêmement instable, à la frontière de la Turquie, de l'Iran et aux abords de la Syrie, est aux antipodes des objectifs du Groupe de Minsk qui postulent le non recours de la force et a fortiori sa non expansion régionale. Cette attaque représentait, en outre, une agression insupportable contre un pays ami de la France, auprès duquel nous avons une responsabilité historique et universelle au regard du génocide dont son peuple a été victime en 1915. Une responsabilité qui doit nous conduire à dépasser cette position de neutralité absolument intenable lorsque depuis quelques heures, les populations civiles sont attaquées : des femmes et enfants ont été tués, et la ville de Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, éloignée de plusieurs kilomètres de la ligne de front a été la cible de bombardements. La neutralité ne saurait être un blanc-seing aux offensives qui n'ont pour seul objectif, la disparition des populations arméniennes de ce territoire.

La nouvelle donne concerne également le rôle de la Turquie, désormais omniprésente dans ce conflit. Depuis l'attaque contre l'Arménie du mois de juillet dernier, la Turquie alimente violemment le conflit par des déclarations belliqueuses de soutien aux Azerbaïdjanais. Ces encouragements, renouvelés ces dernières heures, ont conduit les Loups Gris - groupuscule d'extrême droite paramilitaire turc - à s'en prendre violemment, sur notre territoire, à des manifestants pacifistes, le 24 juillet dernier à Décines-Charpieu (Rhône), au motif qu'ils étaient d'origine arménienne.

L'espace de neutralité dans lequel la France s'efforçait depuis plusieurs décennies de créer un chemin vers la paix n'existe plus !

Le 24 septembre, soit trois jours avant la nouvelle agression azerbaïdjanaise, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme dénonçait l'envoi de miliciens – pour ne pas dire de djihadistes – à la solde de la Turquie, acheminés en Azerbaïdjan depuis la Syrie où ils étaient venus semer la mort en particulier contre les populations kurdes. C'est contre eux que se battent en ce moment même les Arméniens. Fâcheuse ironie, la Turquie est, elle-même, membre dudit Groupe de Minsk. Cette attitude d'Ankara s'inscrit, du reste, dans sa stratégie de sabotage des organismes de concertation multilatérale au profit du recours systématique à la force.

Face à l'ensemble de ces événements, force est de constater que l'espace de neutralité dans lequel la France s'efforçait depuis plusieurs décennies de créer un chemin vers la paix n'existe plus. Il présente désormais davantage de garanties d'impunité au profit des agressions azerbaïdjanaises conduites en étroite concertation avec son allié turc, que de leviers pour rechercher une solution concertée au conflit. Pour l'ensemble de ces raisons, nous considérons que la diplomatie française doit réexaminer sa stratégie dans le conflit du Haut-Karabakh : dénoncer avec force l'agression azerbaïdjanaise et exiger l'arrêt immédiat des violences de la part de l'Azerbaïdjan sous peine d'un soutien massif aux autorités du Haut-Karabakh qui passera par la reconnaissance de leur légitimité pleine et entière."

Écrire un commentaire